heks

  •  

La Suisse défend son Etat de droit et ses principes humanitaires

29 février 2016

    L'Entraide Protestante Suisse (EPER) est soulagée par le refus de l’initiative de mise en oeuvre et continuera de s’engager à l’avenir pour la promotion d’une société plus humaine et la sauvegarde des droits fondamentaux en Suisse.

    Un quart de la population suisse aurait été directement concernée par cette nouvelle disposition constitutionnelle qui, en bafouant le droit international humanitaire, aurait été indigne de notre pays. Son rejet montre que nous, Suisses et Suissesses, la jugeons injuste et dangereuse pour notre société et l’Etat de droit qui fait notre fierté.

    La non-adoption de cette initiative permet, par exemple, à une jeune Indienne de 28 ans, née en Suisse et élevant seule ses deux enfants, de ne pas être expulsée simplement parce qu’elle a oublié de signaler à l’assurance maladie le double remboursement d’une facture médicale et a utilisé cet argent pour autre chose. Par chance, une telle tragédie et bien d’autres ont pu être évitées.

    Toutefois, bien que l’initiative de mise en oeuvre se soit soldée par un échec, d’autres offensives à l’encontre de nos droits fondamentaux se préparent déjà : l'initiative populaire «le droit suisse au lieu de juges étrangers», notamment, s’attaque à la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) et, par conséquent, à la protection juridique des individus. L’EPER considère qu’il est de son devoir de s’opposer à la dégradation de l’Etat de droit suisse et de s’engager en faveur de la sauvegarde et du renforcement des droits de l’homme dans notre pays.

    Contact : Philippe Bovey, Secrétaire romand

    Ligne directe : 041216134070, mobile : 0786020536, e-mail : philippe.bovey@eper.ch

Contact:
EPER, Boulevard de Grancy 17 bis, Case Postale 536, CH-1001 Lausanne, Tél. +41 21 613 40 70, Fax  +41 21 617 26 26, info@eper.ch | CCP 10-1390-5